novembre 18, 2020

Une nouvelle murale au District Central

Deux ans après avoir rendu hommage à Iona Monahan, une nouvelle murale a vu le jour dans le District Central. Elle porte la signature de Cyrielle Tremblay, qui a tenu compte du contexte de relance économique du quartier pour réaliser cette peinture monumentale, visible sur la façade Est de l’immeuble situé 99 rue Chabanel Ouest.

« Une murale en adéquation avec le contexte de relance économique du quartier. » La murale évoquée dans le document de présentation du projet porte la griffe de Cyrielle Tremblay. L’artiste n’en est pas à son premier coup d’essai à Montréal, elle qui a réalisé par le passé une autre peinture, dans le cadre du festival MURAL (à découvrir au coin de l’avenue du Parc et de la rue Prince-Arthur).

À l’échelle de la province, on lui doit également la fresque qui s’étire sur 300 mètres le long de la côte de la Pente-Douce à Québec, d’où elle est originaire. « C’est ma plus longue murale », précise celle qui passe une partie de son temps au Mexique, où d’autres murs portent la trace de son style oscillant entre abstrait et figuratif. 

 

Une vitrine d’envergure

 

Pour apercevoir la plus haute de son catalogue, il faut s’arrêter dans le District Central, précisément au 99 de la rue Chabanel Ouest. Le résultat est saisissant. La création culmine à une trentaine de mètres. Il y a aussi les couleurs, vives ascendant bleu, qui tranchent avec le reste de l’immeuble, propriété d’Howard Szalavetz et du groupe HS Properties. Ce dernier ne regrette pas d’avoir soutenu cette aventure collective, avec pour autres partenaires la Société de développement commercial du District Central, l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville et la galerie d’art Yves Laroche, qui a sollicité Cyrielle Tremblay pour la réalisation de ce tableau urbain. « C’est un projet incroyable et la murale est spectaculaire ! Cette murale positionne le 99 Chabanel comme la nouvelle maison des artistes dans notre quartier. Nous sommes ravis d’avoir pu compter sur le talent d’une artiste comme Mme Tremblay, qui jouit d’une réputation internationale et a su refléter l’image du quartier à travers son travail. » 

 

Une œuvre qui valorise le quartier 

 

Pour Yves Laroche, cette œuvre est un appel à la communauté artistique à se joindre en harmonie avec le glorieux passé du quartier. « Cette murale nous emmène dans un futur très proche à une unification de créateurs de tous les milieux pour prendre part à une nouvelle aventure dont nous serons bientôt témoins. La richesse de ses couleurs nous portent à réfléchir sur un monde fort aux idées neuves, porteur de réalisation inédites. »

Le futur est aussi évoqué dans la bouche d’Émile Thuillier, la mairesse d’arrondissement, pour qui cette gigantesque fresque illustre la métamorphose du secteur Chabanel. « Cette renaissance s’appuie sur les piliers du passé tout en étant résolument tournée vers l’avenir. L’effet procuré par cette murale impressionnante s’inscrit parfaitement dans la dynamique de revalorisation du secteur. »

 

L’obstacle de la hauteur

 

Pour donner vie à sa composition hétéroclite, Cyrielle Tremblay a dû respecter certaines consignes, en prenant soin de faire figurer quelques symboles liés à l’histoire et la pluralité du District Central, à l’image de cette aiguille et ce fil qui rappellent le poids de l’industrie textile, ou encore ce petit carré pixellisé faisant un clin d’œil aux nouvelles technologies. Sans oublier cette plante imposante, motif phare de l’ensemble, qui « symbolise un projet commun, de croissance, de vie et de pérennité ». 

L’artiste muraliste a également dû surmonter sa peur des hauteurs, « surtout quand le vent faisait bouger la nacelle ». Au total, cela lui aura pris presque un mois – et quelques dizaines de litres de peinture – pour finaliser sa création. Elle a aussi dû composer avec les impondérables liés à la météo, à une période de l’année – l’automne – où les températures sont moins clémentes qu’en été. C’est d’ailleurs la première fois qu’elle concevait une murale aussi tard dans le calendrier.

 

Ce n’est qu’un début

 

La murale signée Cyrielle Tremblay s’ajoute à celle qui a vu le jour il y a deux ans, avec la collaboration de l’artiste pluridisciplinaire Jacques Lebleu, qui rend hommage à la journaliste de mode Iona Monahan, sur la place portant son nom. Et ce n’est pas fini, comme le rappelle Delia de Gasperis, présidente du conseil d’administration de la Société de développement commercial du District Central, fière et heureuse d’avoir réuni les partenaires et contributeurs qui ont permis à ce projet de voir le jour. « Embellir notre territoire et offrir des œuvres d’art au District Central est aussi un objectif de notre organisme. Notre ambition est de travailler à la création d’autres murales dans les années à venir. »

 

Pour visualiser le travail de Cyrielle Tremblay : www.cyrielletremblay.com

Écrit par Olivier Pierson. Photos par Alexis Paradis

Une nouvelle murale au District Central

11/18/2020

Deux ans après avoir rendu hommage à Iona Monahan, une nouvelle murale a vu le jour dans le District Central. Elle porte la signature de Cyrielle Tremblay, qui a tenu…

Read More

Riipen : La créativité des étudiants au bénéfice de votre relance

11/02/2020

Riipen, c’est quoi ? C’est une plateforme de « maillage » et de gestion de projets entre employeurs et étudiants de l’enseignement supérieur.   À quoi sert un tel outil pour la…

Read More

Rapport d’activités 2019 et perspectives 2020-2021

09/23/2020

La SDC District Central est fière de vous présenter son rapport d’activités 2019. Dans ce rapport, vous trouverez également les perspectives pour  2020-2021. Communiquez avec nous pour toute question !…

Read More
S'INSCRIRE À L'INFOLETTRE
Sending