mai 12, 2020

COVID-19: les entreprises du District Central dans la lutte

Dans le contexte tendu lié à la COVID-19, beaucoup d’entreprises québécoises se sont lancées dans la fabrication de masques pour empêcher la propagation de ce virus sournois. C’est notamment vrai dans le District Central, où des marques de la mode et du textile contribuent à l’élan de solidarité nationale, en attendant des jours meilleurs. À l’image de la Maison Marie Saint Pierre et de la compagnie Au Noir.

 

AU NOIR 

La marque spécialisée dans la mode masculine a vite embarqué dans la production de masques réutilisables, sans pour autant délaisser son activité principale. Ils sont composés majoritairement de coton, avec une capacité de filtration supérieure à 70%. Différents modèles trois épaisseurs sont proposés aux particuliers, dans des couleurs et des styles différents. Au Noir fournit également des blouses pour les hôpitaux et les laboratoires, et envisage de fabriquer des masques à destination des enfants.

 

 

À l’instar de nombreuses entreprises québécoises, la compagnie gérée par Jonathan Sibony a dû s’adapter en un temps record et réduire ses effectifs, pour satisfaire aux exigences liées à la distanciation sociale. Pour faire face à la forte demande, le dirigeant s’est appuyé sur deux autres entreprises lui appartenant, à savoir Chemise Empire et EcoUniform. Chaque semaine, 30 000 à 40 000 masques sortent des chaînes de production, ce qui mobilise une centaine de personnes environ sur les trois sites. Comptez entre 10 et 20 jours pour recevoir votre commande.

 

MAISON MARIE SAINT PIERRE

 

Dans cette compagnie portant le nom de la célèbre designer québécoise, la production de masques est aussi devenue une réalité, avec pour point de départ la demande d’une cliente possédant une clinique. « Après ça, comme on avait développé des prototypes, on s’est dit qu’on pouvait en proposer aux particuliers sur notre site web », précise Marie Saint Pierre. L’arrivée du virus n’a pas épargné son entreprise, contrainte à la léthargie par ce mal invisible. À peine une dizaine d’employés, contre 72 habituellement, maintiennent un minimum d’activité dans les locaux situés sur l’emblématique rue Chabanel. Sur place, une petite organisation s’est mise en branle, en tenant compte de la distanciation sociale entre les personnes affairées à concevoir ces boucliers faciaux devenus indispensables pour la population.

 

Lavables et recyclables, les masques non médicaux estampillés Maison Marie Saint Pierre sont fabriqués en petite quantité, en restant fidèles aux méthodes d’assemblage de la marque. « On essaie de les faire aussi glamour que nos produits habituels. On veut que ces masques respectent les fondamentaux de notre maison, à savoir le confort, la technicité et l’esthétique. » Quatre modèles de différents styles sont offerts sur leur boutique en ligne, dont certains sont dotés d’une doublure pour pouvoir y insérer un filtre.

À l’avenir, Marie Saint Pierre n’exclut pas d’augmenter la cadence. « On est en train de vérifier si on ne pourrait pas passer à une production industrialisée en simplifiant certains de nos processus. » La compagnie envisage également de fournir d’autres produits sanitaires, plus précisément des blouses, mais aussi des visières.

 

 

L’UNION FAIT LA FORCE

La solidarité ne se limite pas au monde de la mode et du textile. D’autres acteurs économiques du District Central participent à l’effort national en produisant des masques ou des équipements sanitaires. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter notre billet de blogue paru le 7 mai.

COVID-19: les entreprises du District Central dans la lutte

05/12/2020

Dans le contexte tendu lié à la COVID-19, beaucoup d’entreprises québécoises se sont lancées dans la fabrication de masques pour empêcher la propagation de ce virus sournois. C’est notamment vrai…

Read More

Liste des entreprises du District Central qui offrent du matériel sanitaire

05/07/2020

C’est dans l’adversité que les héros se révèlent. Depuis le début de la crise mondiale qui secoue nos sociétés, les entreprises du District Central se distinguent par leur résilience. Si…

Read More

Marie-Chloé Duval: la peinture plus forte que la criminologie

05/06/2020

La trajectoire de Marie-Chloé Duval est tout sauf rectiligne. En 2016, elle décidait de se consacrer à la peinture… après avoir décroché une maîtrise en criminologie. Elle en a fait…

Read More
S'INSCRIRE À L'INFOLETTRE
Sending