ACTUALITÉS ET ÉVÉNEMENTS

Restez informé des événements organisés juste pour vous
et du développement de la mobilité du District Central.

janvier 31, 2023

Créer des voies de passage

La mobilité est intrinsèquement liée au développement et à l’aménagement du territoire. Ensemble, ces concepts définissent les environnements dans lesquels des milliers de personnes et d’entreprises évoluent chaque jour. Ils peuvent aussi influencer les efforts de requalification de certains quartiers. La SDC District Central l’a compris et se dotait dès 2017 d’un comité sur la mobilité. D’une initiative à l’autre, le comité est depuis parvenu à se doter d’une vision cohérente avec les réalités et les aspirations du District Central et de ses occupants. Cette vision a récemment valu à la SDC d’être reconnue parmi les leaders en mobilité durable par les centres de gestion de déplacement de Montréal. Petite histoire d’une grande mobilisation.

Délimité par les rues Sauvé et Berri ainsi que les autoroutes 15 et 40, le District Central totalise trois kilomètres carrés. Le territoire peut également compter sur la présence à proximité de trois gares de train de banlieue et de deux stations de métro auxquelles s’ajoutera bientôt une station du Réseau express métropolitain. En dépit de ces infrastructures de transport public et de l’accès facile aux grandes voies de circulation, dès 2017, les intervenants socioéconomiques engagés dans la requalification du quartier ont senti le besoin de se doter d’un comité sur la mobilité. « Très rapidement, relate la directrice générale de la SDC District Central, Hélène Veilleux, la question de l’accès au territoire et de la mobilité ont été identifiées comme des priorités par les membres du conseil d’administration. »

C’est l’enjeu de la main-d’œuvre pour les entreprises du territoire et la volonté des grands propriétaires immobiliers de trouver preneurs pour leurs nombreux espaces vacants qui a donné l’élan à cette mobilisation. « Les entrepreneurs voulaient faire en sorte de rendre le territoire attractif et au-delà des infrastructures même, des interconnexions étaient nécessaires pour que l’on puisse rapidement et facilement se rendre dans le District », explique la directrice générale.

Une lecture de la situation partagée par Martine Peyton, urbaniste-conseil auprès de la SDC depuis le début des efforts de requalification et présidente d’ÉLÉMENTS Planification urbaine. « La facilité avec laquelle un déplacement peut s’effectuer joue énormément sur la perception des gens et sur les choix qu’ils font en matière de transport. Or, dans le cas du District Central, argue-t-elle, non seulement le lien entre les stations de métro et les circuits d’autobus par exemple ne sont pas optimaux, mais la mobilité active n’offre pas nécessairement une expérience agréable. Les déplacements en vélo sont aussi relativement risqués. »

Ces enjeux ont été à l’origine de nombreuses consultations de la part de la SDC.

« Depuis le début, résume Hélène Veilleux, nous sommes allés à la rencontre des gens. Nous les avons écoutés parler des difficultés rencontrées et des solutions qu’ils entrevoyaient pour y remédier. Des idées extraordinaires sont ressorties de ces exercices, mais par-dessus tout nous avons compris qu’il était impossible de changer les habitudes sans tenir compte des particularités du territoire. »

Pour Christian Savard, directeur général de l’organisme Vivre en ville, il ne fait aucun doute, lorsque vient le temps de parler aménagement et mobilité, il est primordial de « tenir compte du contexte dans lequel les solutions doivent être implantées. Le one size fits all ne fonctionne pas ».

 

Agir localement, penser globalement

À l’image de la diversité des usages qui caractérise le District Central, au cours des dernières années, la SDC a multiplié les initiatives en matière de mobilité. En collaboration avec la Société de transport de Montréal, l’offre de service en ce qui a trait au transport en commun par autobus a été élargie. Différentes activités de sensibilisation en lien avec les modes de transport durables ont été organisées. Des campagnes de communication mettant de l’avant les avantages de la mobilité durable ont également été déployées sur les réseaux sociaux et dans les entreprises.

À un autre niveau, la SDC a également milité pour la connexion du REM au District Central en plus de participer activement aux travaux  pour l’aménagement d’une aire TOD (Transit Oriented Development) autour des gares Ahuntsic et Chabanel. arguments avancés en appui à ces représentations ont porté leurs fruits.

« Pendant plusieurs années, bien qu’il constitue le quatrième pôle d’emploi de la métropole, le District Central n’apparaissait plus dans les plans de développement de la Ville, admet Martine Peyton. Les efforts de concertation et de représentation de la SDC ont changé les choses. Le haut potentiel du secteur est maintenant reconnu et les changements commencent à se faire sentir sur le terrain. »

Récemment, la Ville confirmait  son intention de doter le secteur d’un premier tronçon de pistes cyclables. L’annonce arrive au moment où la SDC travaille à l’implantation d’un programme d’indemnité kilométrique pour les travailleurs se déplaçant en vélo électrique et avec l’arrivée de stations BIXI sur le territoire. Avec le soutien de MOBA/Mobilité Active et de la firme clicknpark, un projet pilote de mutualisation des stationnements hors rue est également sur le point d’être amorcé. Ce dernier permettra de réserver à distance, par le biais d’une application, une place de stationnement pour une période donnée à un tarif convenu d’avance. À terme, la SDC espère que les terrains et les places de stationnements autant privés que publics figureront dans les options offertes aux utilisateurs.

Hélène Veilleux ne s’en cache pas, elle espère ainsi atténuer les impacts qu’aura l’implantation de la piste cyclable sur le territoire pour les automobilistes. « L’ajout d’une piste cyclable est une excellente nouvelle pour le secteur, mais on ne peut pas non plus se mettre la tête dans le sable. Cela aura des impacts sur le nombre de stationnements disponibles. Qu’on le veuille ou non, plusieurs personnes utilisent encore la voiture pour se déplacer. Les commerces sur rue reçoivent des livraisons, d’autres en font. Si nous voulons que l’intégration du vélo sur le territoire se passe bien, il faut prendre tous ces éléments en compte. »

Une approche lucide, selon Martine Peyton. « Malgré tous les efforts faits pour encourager le recours à des modes de transport plus écologiques, la vérité c’est que tant et aussi longtemps que des options viables de déplacement ne seront pas offertes, l’automobile occupera encore une très grande place. On ne peut pas en faire abstraction. Il faut faire en sorte que la cohabitation soit harmonieuse. » La Ville de Montréal elle-même, dans le cadre de la consultation visant à élaborer son prochain plan d’urbanisme et de mobilité, affirmait que la part modale de l’automobile pourrait demeurer aux environs de 50 % jusqu’en 2036[1].

Accompagner le changement

Pour Christian Savard, la clé est de miser sur l’intelligence collective. « Pendant longtemps, c’était tout à l’auto, mais le contexte environnemental ne nous laisse plus le choix. Il faut rééquilibrer les choses pour donner plus de place aux autres modes de déplacement. Il peut être tentant de se dire que c’est trop compliqué et qu’il vaut mieux laisser tomber, mais je crois au contraire qu’il faut oser s’y attaquer. Pour moi, affirme-t-il, la solution réside dans une bonne planification et la diversité des acteurs mis à contribution. Il ne peut pas y avoir de réponse simple à un problème complexe et il faut plusieurs têtes pour parvenir à changer les choses. »

L’approche concertée dépeinte par le directeur général de Vivre en ville est au cœur des actions menées par la SDC. Le prix Fédérateur obtenu dans le cadre des prix Leaders de la mobilité durable 2022 le reconnaît.

Geneviève Dufour de la SDC District Central, lors de l’édition 2022 des Leaders en mobilité durable

« Je l’ai dit souvent, la concertation fait la différence entre une transformation réussie et portée par une majorité de personnes et un plan imposé qui échoue inévitablement au bout de quelque temps parce qu’il ne fait pas de sens pour les gens concernés. De mon point, affirme Hélène Veilleux, c’est la même chose en matière de mobilité durable. »

Toutefois, la directrice générale ne s’en cache pas, l’approche exige une bonne dose de courage. « Trouver de vraies solutions, qui dureront dans le temps, exige de poser des questions difficiles et de reconnaître les problèmes ou les difficultés. Cela peut être très inconfortable, mais la vérité c’est que les enjeux ne disparaissent pas parce qu’on fait le choix de les ignorer. Il vaut mieux prendre le temps de trouver une réponse adaptée à la situation que de risquer de voir des projets novateurs compromis parce qu’on a voulu aller trop rapidement. »

L’urbaniste-conseil Martine Peyton est formelle : « prendre le temps, c’est en sauver ». En matière de mobilité cela peut vouloir dire de discuter du meilleur trajet possible pour une piste cyclable avec tous les intervenants concernés, incluant les automobilistes, avant d’effectuer les travaux. C’est travailler à la mutualisation des stationnements en admettant que certains déplacements devront toujours se faire en voiture ou camion. C’est profiter de toutes les occasions de repenser le territoire pour y intégrer des éléments favorables à la mobilité active, comme des arbres et de larges trottoirs. C’est repenser les voies de circulation pour favoriser la cohabitation et accroître la sécurité. C’est comprendre la nécessité d’expliquer en des termes clairs les difficultés posées par certaines solutions.

Par-dessus tout, conclut Hélène Veilleux, c’est accepter qu’aucun changement n’est possible sans une période de transition. C’est faire le choix d’accompagner plutôt qu’imposer. C’est accepter que la pérennité repose sur l’engagement et qu’il n’y a aucun engagement sans investissement.

« On peut nourrir de grandes ambitions et espérer que les gens nous suivent ou partager nos objectifs et faire en sorte de trouver des voies de passage. Des deux approches, la dernière est celle que la SDC a choisi d’adopter. C’est ce qui nous permet d’imaginer dans cinq ans un District Central redynamisé et accessible, doté d’une offre de transport intégrée et cohérente. Une offre de transport durable. »

 

Écrit par Guylaine Boucher

 

[1] Projet de ville, Ville de Montréal, p. 45.

 

 

 

Retour en photos : Délégation française 6 mai

05/13/2024

La mission se poursuit ! Une délégation d’entreprises de la France a visité le District Central pour tisser des liens d’affaires entre les deux continents. Accompagné par l’organisme français ME93…

Read More

Programmation estivale 2024

05/08/2024

Prêt pour un été haut en couleur !? Toute en variété, la programmation estivale 2024 du District Central s’annonce colorée et des plus agréables pour les travailleurs et les résidents…

Read More

Retour en photos : Marche exploratoire pour évaluer l’environnement urbain – 17 avril

04/22/2024

Le 17 avril dernier, une vingtaine de personnes ont parcouru le secteur Sauvé pour évaluer de près la signalisation, l’éclairage, la circulation, la fréquentation, l’entretien et l’aménagement. Cette expérience piétonnière…

Read More
S'INSCRIRE À L'INFOLETTRE
Sending