15-04-2019

Zoom sur Nectar : des ruches sous surveillance

La santé des abeilles est au cœur du dispositif imaginé par Nectar, basé sur un système de surveillance des ruches à distance utilisant des capteurs et lintelligence artificielle. Des apiculteurs professionnels du Canada et des États-Unis ont commencé à bourdonner autour de cette start-up montréalaise du District Central.

Nectar, cest dabord lhistoire dune passion. Celle de Marc-André Roberge pour les abeilles, et plus particulièrement linteraction entre lhumain et cet insecte pollinisateur si important pour notre alimentation, dont le déclin dans le monde, causé en grande partie par les pesticides et les parasites, suscite inquiétude et prise de conscience. Ce designer industriel de formation a lui même eu loccasion de se glisser dans la peau dun apiculteur amateur. Lexpérience lui aura permis dapprivoiser un métier exigeant, mais aussi de réfléchir à une façon dinspecter autrement une ruche, sans trop la perturber. Comment ? En inversant tout simplement les rôles. «Au lieu daller deviner ce qui se passe dans la ruche, je me suis dit quil fallait trouver une solution pour que labeille nous dise quoi faire.»

 

Espion pour la bonne cause

 

Créée en 2016, la start-up montréalaise a mis au point une plateforme de gestion à distance qui utilise des capteurs combinés à lintelligence artificielle et des algorithmes. Dun diamètre de 5 cm et de forme hexagonale, ces derniers sont placés à lintérieur des colonies et reliés, via bluetooth, à une unité placée à lextérieur des ruchers. Toute une batterie de données est recueillie en temps réel et transmise à un serveur en ligne. Les informations récoltées concernent aussi bien le son et les vibrations émises par les élevages que le mouvement dans les essaims, mais aussi la température, le taux dhumidité, ou encore la position géographiqueRien n’échappe à ce système que Xavier de Briey [un des fondateurs de Nectar avec Marc-André Roberge et Evan Henry] compare à une IRM dans le milieu médical. Lintérêt dun tel dispositif est de permettre aux apiculteurs de prendre les bonnes décisions dans leur gestion des cheptels ailés, mais aussi de leur faire gagner du temps en focalisant leur effort sur les ruches qui posent problème. «Cest un outil daide à la décision dont le but est de leur faciliter la tâche », résume Xavier de Briey, rappelant au passage quune ruche en bonne santé sera plus productive.

 

Apiculture à grande échelle

 

Depuis ses premiers balbutiements, Nectar a eu le temps daffiner sa technologie, avec le renfort de prestataires extérieurs pour la partie production et esthétique. «Nous en sommes à la 6e génération de notre prototype de capteur», souligne Marc-André, qui annonce une première vague de commercialisation en juin, et une seconde à lautomne. Des milliers de ces objets providentiels seront alors envoyés aux clients abonnés à leur plateforme, établis en Amérique du Nord. «Nous en comptons actuellement deux au Québec, principalement en Outaouais, et une quinzaine dans le reste du Canada et aux États-Unis. Il sagit de grosses exploitations, qui gèrent entre 1 000 et 20 000 ruches.» Cette année, 1 500 de ces microcosmes doivent être connectés à Nectar. La question dune expansion future se pose évidemment, mais elle est encore prématurée aux yeux des jeunes dirigeants, même si dautres régions du globe (Europe, Amérique du Sud, Afrique du Sud, Australie) ont manifesté leur intérêt pour ce produit prometteur, conçu pour résister à la cire ou à la gomme produites par les apidés. «On se concentre pour le moment sur un marché déjà vaste que lon connaît bien et que lon veut consolider. Notre priorité est de nous assurer que ce que lon a bâti réponde bien aux besoins des apiculteurs avec lesquels nous avons commencé à travailler. »

 

 

 

Aux dires du jeune dirigeant de 27 ans, les retours sont positifs. De bon augure pour cette start-up de 8 salariés qui a déménagé dans le District Central en août 2017, après avoir gagné un concours avec à la clé un an de loyer gratuit. Un coup de pouce qui a aidé Nectar à prendre son envol, en attendant de faire un gros buzz.

 

_____

Nectar, 55 Louvain Ouest.www.nectarbuzz.net

Vidéo YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=Ip32LtXoULw

 

Article écrit par Olivier Pierson

ARTICLES SIMILAIRES

Le blé dans tous ses états au festival Ste-Anne

05-09-2018

Dimanche 26 août, les rues de District central ont été animées par un défilé de chars allégoriques unique en son...

Lire la suite

Les vêtements BLANK : une industrie à la fibre éthique

11-01-2019

Au quatrième étage du 9333 Saint-Laurent, les racks font la fierté de Benoît Gariepy, co- fondateur de la marque Blank....

Lire la suite

Une vague de « zenitude » caresse Chabanel – Atelier Balance

18-12-2018

Au plein cœur de District central, un lieu d'éveil spirituel qui embrasse à la fois les valeurs traditionnelles du hatha...

Lire la suite

S’INSCRIRE À L’INFOLETTRE

S'INSCRIRE À L'INFOLETTRE
Sending