décembre 14, 2020

La mobilité active au cœur d’une vision concertée

La mise en œuvre d’un projet de mobilité active au District Central n’est pas le fruit du hasard. Depuis quelques années, une communauté d’affaires composée de quelque 1800 chefs d’entreprise se mobilise autour d’une mission d’envergure : redonner un second souffle à un quartier légendaire, le faire rayonner et le propulser au sommet de la scène économique montréalaise. Pour y arriver, la Société de développement commercial (SDC) District Central mise sur la concertation qui a rapidement mis en lumière la mobilité comme levier économique.

 

LA DÉMARCHE – ÊTRE À L’ÉCOUTE DE LA COMMUNAUTÉ

 

Agissant au quotidien pour représenter les intérêts des entreprises, la SDC a entrepris de mettre en place une méthode de travail basée sur la consultation et la concertation. C’est pourquoi, dès sa création, de nombreux ateliers ont été organisés au District Central avec les résidents, travailleurs, chefs d’entreprise, propriétaires immobiliers et élus du territoire afin d’entendre leurs besoins, défis et enjeux. « Écouter les priorités des gens du milieu nous semblait la chose à faire. Poser un diagnostic et l’accepter, même si celui-ci n’est pas nouveau, était très important pour notre organisation qui est au service de cette communauté », de mentionner Hélène Veilleux, directrice générale de la SDC District Central. C’est ainsi que la mobilité s’est retrouvée dans l’offre de services de la SDC et dans son plan d’affaires : offrir des services de soutien auprès de porteurs de projets souhaitant améliorer l’accessibilité et la mobilité. Une fois la série d’ateliers terminée, la prochaine étape était évidemment de poursuivre le dialogue auprès des acteurs du milieu. Le comité transport de la SDC venait donc d’être formé.

 

UN ENJEU DE CROISSANCE

 

Alors que le Québec enregistre un taux de chômage moyen de 5,5 % en 2018[1], il n’était pas étonnant d’entendre la communauté d’affaires du District Central s’exprimer sur l’enjeu de la main-d’œuvre autour de la table. Plusieurs raisons viennent expliquer la difficulté des entreprises à recruter et à retenir les talents depuis quelques années, mais rapidement, ce sont le transport et l’accessibilité du territoire qui ont été nommés et identifiés comme étant des obstacles majeurs pour attirer des employés dans le quartier. Malgré ses deux gares, ses deux stations de métro et sa desserte en autobus, il restait du travail à faire pour changer les perceptions envers ce quartier emblématique de Montréal.

Étant la 4e concentration d’emploi à Montréal avec ses 25 000 travailleurs, le District Central a encore bon nombre de pieds carrés disponibles laissant présager une croissance pouvant atteindre jusqu’à 40 000 travailleurs, soit près du double. Le potentiel du territoire ne faisait plus aucun doute pour la SDC et ses partenaires. Il fallait donc un plan, un projet, qui permettrait de mettre la mobilité au cœur de la vision de développement du District Central et qui soit porté par le milieu.

 

LES DONNÉES : ESSENTIELLES À L’ACTION

 

Avant de cibler des actions à mettre en place, un état de la situation s’imposait. Le constat (défis de mobilité et, par conséquent, de main-d’œuvre) était peut-être clair, mais quelles étaient les forces, faiblesses, opportunités et menaces du secteur en termes de mobilité ? Appuyée par son comité transport, la SDC a mandaté MOBA/Mobilité alternative, l’un des sept centres de gestion des déplacements du Québec, pour piloter un sondage sur les habitudes de déplacements des travailleurs du secteur. Parallèlement à cela, l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, également sensible à l’enjeu de mobilité, a fait réaliser une étude de stationnement et de transports collectifs et actifs. De grands enjeux ont pu être mis en lumière tels que l’expérience de déplacement des piétons vers et à l’intérieur du District Central, l’optimisation de l’utilisation du stationnement hors rue et la bonification de l’offre de différents services de transport partagés.

 

ON S’ACTIVE AUTOUR DE LA MOBILITÉ


Tout en continuant d’accumuler des données sur le territoire tel qu’en témoigne le portrait du stationnement hors-rue réalisé en 2019 aux fins des travaux du comité transport de la SDC, de nombreuses actions au profit de la mobilité active ont pu voir le jour grâce à la mobilisation et à la concertation des acteurs du milieu notamment l’augmentation de la fréquence des autobus, l’arrivée de bixis et l’organisation d’événements de sensibilisation des employeurs et travailleurs aux transports alternatifs à la voiture. Un comité aménagement du territoire a également été mis en place et s’arrime maintenant aux travaux menés par les membres du comité transport.

Parallèlement à ça, et grâce à l’expertise rassemblée autour d’elle, la SDC peut représenter la voix des gens d’affaires dans des dossiers d’envergure et peut s’impliquer en amont dans les réflexions entourant des projets structurants et novateurs tels que le développement d’une aire TOD (Transit Oriented  Development) autour des gares Ahuntsic et Chabanel et la réalisation du Plan local de déplacements de l’arrondissement.

Un dialogue s’est véritablement installé entre les parties prenantes du District Central : employeurs, élus, arrondissement et la Société de transport de Montréal notamment. C’est pourquoi la SDC estime que le moment est venu de mettre en place, dès cet automne, une Table de concertation sur la mobilité avec les grands donneurs d’ordre du territoire afin de réfléchir ensemble à de nouvelles solutions de mobilité durable pour le District Central. À l’ordre du jour, on y retrouvera certainement l’opportunité de s’intégrer au Réseau express métropolitain dont l’une des stations se situe à peine à un kilomètre des limites du quartier. « Bien qu’il nous faille parfois attendre des mois et même des années avant de voir les résultats concrets de nos actions sur le terrain, il ne fait pas de doute que la transformation du District Central est en bonne voie de réussite grâce aux gens qui la portent. Une vision forte et concertée a été établie permettant de créer des ponts entre les différents acteurs du milieu afin de cerner les enjeux du territoire et surtout capter les signaux émergents qui permettraient une revitalisation saine et porteuse de sens pour tous », de conclure Mme Veilleux.

[1] Institut de la statistiques Québec [En ligne]. https://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/travail-remuneration/population-active-chomage/ra-rmr/taux_chomage_reg.htm

 

Cet article a été rédigé par la SDC pour le magazine de l’Association québécoise des transports « Routes et transports » paru à l’automne 2020.

La SDC recrute : Coordonnateur(trice) administratif(tive) – Service aux membres

04/12/2021

SOMMAIRE Type d’emploi :  Permanent Horaire : 35 heures/semaine Domaine principal : Administration 2e domaine : Service aux membres Années d’expérience pertinente minimum : 5 Scolarité minimum : DEP –…

Read More

300 000 $ injectés par Québec pour « connecteur d’opportunités »

04/01/2021

RELANCE ÉCONOMIQUE DU DISTRICT CENTRAL : 300 000 $ INJECTÉS PAR QUÉBEC DANS LE DÉVELOPPEMENT D’UN NOUVEAU MODÈLE DE COLLABORATION « CONNECTEUR D’OPPORTUNITÉS »   C’est lors de son assemblée…

Read More

Big Bloc ou la passion des champignons

03/08/2021

Installée depuis 2019 dans les locaux de la Centrale Agricole à Montréal, l’atelier Big Bloc est un des exemples de cette agriculture urbaine qui s’émancipe dans le District Central. La…

Read More
S'INSCRIRE À L'INFOLETTRE
Sending