décembre 2, 2021

Créer des alliances nouvelles

2018. Récemment constituée, la SDC District Central amorce l’élaboration de son plan d’affaires. D’emblée, les entrepreneurs qui participent au chantier de réflexion confirment le caractère pivot de l’organisation. Le territoire regorge d’opportunités qui ne demandent qu’à émerger et la SDC s’impose comme un véritable catalyseur des forces en présence. Créer des alliances nouvelles, tant à l’échelle humaine qu’économique ou territoriale, tel est le positionnement imaginé pour l’organisation. Une posture qui s’incarne à travers diverses initiatives, dont le projet Connecteur d’opportunités.

 

Financé à hauteur de 300 000 $ sur trois ans par l’entremise du Fonds d’initiative et de rayonnement de la métropole (FIRM), le projet Connecteur d’opportunités a officiellement débuté en février 2021. « Après avoir adopté notre plan d’affaires en 2019 et identifié les chemins à emprunter pour l’actualiser, la pandémie est venue tout remettre en question. Avec le concours de gens d’affaires du milieu, nous avons toutefois réévalué la pertinence des orientations établies et en sommes venus à la conclusion que nos cibles étaient toujours les bonnes. Le financement obtenu à la fin de l’année 2020 nous a permis de passer à l’action », explique la directrice générale de la SDC District Central, Hélène Veilleux.

 

Dans un premier temps, le projet vise à mieux connaître le tissu socioéconomique du territoire. Pour y parvenir, des rencontres sont organisées avec les entreprises et les organisations qui le constituent. Pour la chargée de projet, Thanina Ameziane, l’objectif est clair : « établir un diagnostic 360 et cibler à la fois ce que chacun peut offrir, cherche ou utilise comme ressources ». Une fiche d’opportunités élaborée en collaboration avec des communautés d’expert représentant les trois pôles d’affaires ou certains enjeux spécifiques au territoire, est par la suite constituée et permettra éventuellement de mettre des entreprises ou organisations en contact. À terme, la SDC espère ainsi favoriser l’émergence d’une économie de partage sur son territoire et stimuler au passage le sentiment d’appartenance et l’entraide.

 

Centre d’artistes autogérés installé depuis peu dans le District Central, Eastern Bloc fait partie des entreprises rencontrées depuis le début du projet. Il en va de même pour le cabinet de conseil en management Coboom. Au terme de l’exercice, bien qu’appartenant à des univers en apparence fort éloignés, des rapprochements ont eu lieu entre les deux organisations. « Avec notre installation toute récente, nous avions besoin de mobilier pour meubler nos nouveaux espaces. Coboom de son côté venait de renouveler son aménagement et cherchait à se départir de certains meubles. Nous avons été mis en contact et une partie de leur ancien ameublement se retrouvera probablement dans nos locaux », détaille Alicia Turgeon, directrice générale du centre d’artistes.

 

Pôle de production et de diffusion dans le domaine des arts numériques et de la technologie, Eastern Bloc pilote aussi un projet d’expérimentation et de collaboration entre des artistes numériques, des acteurs de l’industrie du textile du District Central et des chercheurs émergents. Ce projet permettra notamment d’explorer les pratiques contemporaines en matière de e-textiles, l’univers des vêtements intelligents et du bio-art avant d’aboutir à une exposition.

 

L’initiative incarne parfaitement le deuxième niveau de projets espérés grâce à Connecteur d’opportunités. « Au-delà des échanges purs et simples de services ou de biens entre entreprises, il est possible que des organisations soient en quête de partenaires ou d’informations pour développer ou explorer de nouveaux créneaux, précise à ce sujet Thanina Ameziane. Nous n’avons pas la prétention de croire que le territoire peut répondre à tout. Cependant, nous sommes en mesure des réunir les experts capables d’accompagner les entrepreneurs dans leur quête ou encore de les orienter vers les ressources existantes où qu’elles soient. »

 

Du point de vue d’Hélène Veilleux, « il n’y a pas vraiment de limite aux possibilités offertes par le projet Connecteur d’opportunités ». L’identification d’enjeux conjoints, en matière de main-d’œuvre par exemple, pourrait d’ailleurs mener au développement de nouveaux outils ou services pour les entreprises du territoire.

 

Le caractère exportable du projet ne fait pas non plus de doute dans l’esprit de la directrice générale. Sorte de laboratoire de développement économique, la démarche peut compter sur la présence d’un comité directeur formé de représentants de l’Arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, du Gouvernement du Québec,  et d’un membre du Conseil d’Administration de la SDC. Le monitorage ainsi effectué permettra non seulement de rester réactifs et agiles tout au long du projet, mais aussi de documenter ses retombées.

 

Environ 200 entreprises par année devraient être rencontrées dans le cadre du projet. La participation se fait sur une base volontaire.

 

Appel d’offres : Réseau d’accompagnateurs(trices) Cercles de Collaboration

07/13/2022

1.       Objectif du devis La Société de développement commercial (SDC) District Central souhaite s’adjoindre des services d’un réseau d’accompagnateurs(trices) afin de développer ses cercles de collaboration auprès des entreprises du…

Read More

Enjeu de la main-d’œuvre: Un nouveau projet de services en RH aux entreprises du District Central

06/08/2022

Montréal, le 8 juin 2022 — C’est lors de son événement de maillage entre les employeurs du District Central et les organismes en employabilité que la Société de développement commercial…

Read More

L’entreprise Cansew, fil de l’histoire d’un quartier

05/26/2022

Dans le cadre de la série « Les perles du District Central », la SDC met cette fois le pôle du Design en valeur et choisit de mettre en lumière l’une des…

Read More
S'INSCRIRE À L'INFOLETTRE
Sending